Saturday, 8 December 2012


We present a blueprint of how authority could & should function in the RC Church.
This new system of authority, based on Gospel teaching and genuine co-responsibility as demanded by Vatican II, will affect all circles in the Church: Pope, Bishops, Bishops Conferences, Priests and Laity [see below].

"The exercise of authority in our church should emulate the standards of openness, accountability and democracy achieved in modern society. Leadership should be seen to be honest and credible; inspired by humility and service; breathing concern for people rather than preoccupation with rules and discipline; radiating a Christ who makes us free; and listening to Christ's Spirit who speaks and acts through each and every person."

Saturday, 1 December 2012

Solidarity Letter from Philippine Partners of D&P

29  November 2012

Mr. Ronald Breau
National Council
Development and Peace

Mr. Michael Casey
Executive Director
Development and Peace

Dear Partners and Friends in the National Council, Development and Peace,

Pax Christi !

We, your Philippine partners, would like to take the opportunity given by your coming National Council meeting to once more reaffirm our solidarity with the entire membership of Development and Peace in your continuing quest for global justice, authentic development, and peace.

We also would like to convey our most heartfelt thanks for the long and faithful partnership Development and Peace has forged with us through all these years in our common effort to promote
sustainable development and human rights through people’s self-empowerment and a robust civil society.

Development and Peace has accompanied us as faithful and untiring partners through the decades as we stuggled and workedwith the farmers and indigenous peoples for their land rights, and with urban dwellers for their housing rights throughout the country. We have been together in building people’s resistance to policies and projects which violate human rights and the peace and health of communities, and put profits over people,the environment and climate. We can never forget the bonds we forged, especially during very difficult and trying times.

Without Development and Peace by our side, it would be difficult to achieve the remarkable gains scored by rural civil society organizations: an extended Comprehensive Agrarian Reform Program with reforms, some 350, 000 hectares of farmland redistributed through direct action of partner organizations in constructive engagement with government, and a sustained momentum of buildingfarmer organizations pushing for completion of agrarian reform, rural development and democratization throughout the country.

Our work together among the urban poor has borne fruit in increasing number of strong community organizations and dedicated leaders. They have been enabled by education work, leadership and other organizational skills training and tactics of direct action and engagement with government to defend many communities from forcible evictions and realize viable alternatives for on-site development and/or near-city relocation.

Development and Peace has been our consistent partner as we work and struggle with urban and rural communities and the sectoral organizations of the poor, the women and the youth to build effective resistance against policies and practices that violate their human rights, deprive them of their rightful claims to clean and affordable energy and water, harm the health and peace of their families and destroy the environment and climate.  We have been together in the active and peaceful quest for long-term solutions and practical alternatives.

Let us all reflect on our gains and the sacrifices and hard work through abiding partnership that made them possible.  Let these experiences be our inspiration to strive further and work better for our vision, mission and goals.

Once again, we thank Development and Peace for our continued partnership as we try to accomplish our mission that Pope Benedict XVI consistently reminds us to uphold:“Testimony to Christ’s charity, through works of justice, peace and development, is part and parcel of evangelization, because Jesus Christ, who loves us, is concerned with the whole person. These important teachings form the basis for the missionary aspect of the Church’s social doctrine, which is an essential element of evangelization.” (Caritas in Veritate No. 15) 

In solidarity,


Open Letter - DP Member

Friday, 30 November 2012

Demands Addressed to the National Council of D&P

DEMANDS ADDRESSED TO THE NATIONAL COUNCIL OF DEVELOPMENT AND PEACE for its meeting of novembre 30,  December  1 and 2, 2012
Considering that Development and Peace is a movement that has thousands of members from coast to coast;

Considering the failure to defend the values of the organization by both the General Management and the National Executive Council;
Considering the failure to uphold the decisions taken by several Regional Assemblies last spring;
Considering the lack of respect for the decision-makers of the organization during the discussions with the Conference of Catholic Bishops of Canada;
  1. To re-establish a continuous line of communication and to insure the participation of the members in the process of future consultation.
  2. To elect to the Executive Committee of the National Council members who represent the diversity of thought that exists within Development and Peace and who know and respect the mission of the organization.
  3. To terminate the contracts of the present Director General and Assistant Director General.
  4. To set up a management committee to ensure the transition.
  5. To open a new dialogue with the bishops of Canada so that the decisional power of the laity will be respected by Development and Peace.
Constance Vaudrin, Lucille Plourde, Gérard Laverdure,Marcelle Sinclair

Open Letter to National Council - member of the theology committee

(Translation from French, slightly abridged)
Dear members of the National Council of Development and Peace,
I know of no better way to express my perception of the flow of events at Development and Peace since 2009 than the following biblical text: “When there is no leadership in the land, the people die” (Proverbs 11, 14).[i]
My history and attachment to Development and Peace
A deep bond with Development and Peace has structured and inspired my whole journey as an adult. I feel viscerally attached to and in debt to Development and Peace. When I was in my twenties, in 1967, I knew a Church that knew how to draw the best out of youth. The Canadian Catholic Church ─ bishops, priests, Religious and laity ─ set up Development and Peace in order to respond to the call of Paul VI and Bishop Helder Camera. As a theology student, I had the good fortune to organize or to participate in several activities of the campaigns or the formations at the beginning of the Organization. In 1974, I became a regional animator at Development and Peace and then, two years later and until 1985, a researcher for the education programs regarding international solidarity.
In that year, I became professor in the faculty of theology at the University of Montreal and took up the task of integrating the fundamental inclusion of the Gospel imperative of social and international solidarity into the work of formation. For the next 22 years I devoted myself to that task. This period was also the occasion for much collaboration with the Canadian Conference of Catholic Bishops (CCCB) as well as with the Social Affairs Committee of the Assembly of Quebec bishops (for which I was a collaborator from 1986-1989). In 2007, I retired from the university and, at that point, received an invitation to join the Theological Committee of Development and Peace.
My resignation from the Theology Committee
I was supposed to terminate the second term of my mandate in November 2013 and I had planned to accept a third term of three years. In the light of what I have just shared, you can understand how wrenching it is for me to announce to you, with great sadness and a certain amount of anger, but not without hope, my resignation from the Theology Committee. The only and unique motive for my resignation is simple in spite of its many elements: It has to do with a choice made by the General Management and by the Executive of the National Council in favour of a policy of indulgence and submission rather than of resistance in face of the external attacks Development and Peace has suffered since 2009.
Moreover, by autocratically monopolizing the information and the essential decision-making power, the leadership of the Organization has deliberately prevented the membership, the personnel, the majority of the members of the National Council as well as its committees, and also outside groups, who share our ideals, from having the involvement they should in the situation or of participating in the legitimate defence of Development and Peace.
The result, as far as I am personally concerned, is that the Theology Committee found itself facing a vacuum. (1) The Committee found itself without any real vis-à-vis with the group that mandated it, the National Council, which was itself practically placed under guardianship and rendered mute in spite of our repeated efforts and appeals. (2) The effects of the crisis on the work of the personnel and on the programs, along with the serious absence of communication between the General Management and the grassroots members has prevented the Theology Committee from pursuing important topics touching on the activities of the organization, including theological formation sessions for the staff. (3) The Committee has never been involved with the Liaison Committee of Development and Peace in the steps taken with the Permanent Committee of the CCCB in spite of the ecclesial and theological questions at stake.
Faced with the reality of a committee that no longer has any relationship or substantial object of reflection, I have, personally, come to the conclusion that my resignation is necessary.
Some additional considerations
Allow me some additional complementary considerations concerning (1) the external pressures, (2) the reaction taken in the name of Development and Peace and, (3) the situation of the Theology Committee. .
First of all, regarding the external actors: We know that the allegations of LifeSiteNews were not justified and that, if it were not for the financial cost, they could have been judged in court. Nevertheless, in my opinion, a small group of bishops, who can well be qualified as ultra-conservative, supported by the Secretary General of the Conference, have acted “as if” Development and Peace were at fault. In the Spring of 2011, shortly after the unilateral rejection of Father Arriaga (ProDH), a Mexican guest of Development and Peace, it would seem, according to what the Executive Director of Development and Peace himself reported to the staff, that there was a meeting between himself and the Secretary General of the CCCB in the office of the latter in Ottawa. In addition to strong reproaches, he received a long list of commands, apparently in the name of the CCCB, which were to be carried out under threat of serious consequences for ties with the bishops. Among these diktats, it would seem there was the removal of two long-time partners including ProDH in Mexico. There was also a demand for letters of apology to the two bishops involved in this visit, an interdiction to present any defence, and so on. Instead of turning to the regular instances of the Organization, the Executive Director, weakened by his isolation, capitulated.[1] Similar meetings may have taken place after this, but this time with elected representatives of the Organization. At the time I had the feeling that Development and Peace was forced to play in a bad film, disconnected from its reality.
It’s the same film we saw parading since then with, for example: (1) the imposition by the CCCB of a policy of Nihil obstat (weakened afterward when faced with the reaction it provoked) of the bishops of the South with regard to partners and programs of Development and Peace; (2) the de facto placing of the National Council under guardianship to the benefit of a parallel structure of liaison with the CCCB; [2] (3) the extreme timidity of the memo of the CCCB following the announcement by CIDA of the drastic reduction of the five-year subsidy of Development and Peace; (4) the revocation of the essential element of the 2012 Fall campaign in favour of the political interests of the CCCB in its relationship with the Harper government.
In fact, this bad film has a global dimension. All the organizations to which Development and Peace is affiliated, and that are grouped together in Caritas internationalis or in CIDSE, are undergoing similar pressures. It is a sign of a concerted effort with respect to them. These pressures go along with reducing the social teaching of the Church to one encyclical, Caritas in veritate.  Finally, this orientation is accompanied by the almost complete emptying of social justice from the agenda of the Church. (See for example, the elimination of the position of principal counsellor for matters of social justice at the CCCB and the recent rejection of a pastoral letter on the economic crisis.)
Is it not troubling to see the bishops dismantle or cause an “abortion” in this way of an organization that is considered a jewel of the Canadian Church, belonging integrally to it and one that cannot therefore be considered as a “thing” of the bishops only? Is it not troubling to see the bishops make Development and Peace the symbolic scapegoat of a certain kind of Catholicism that some bishops want to break away from in order to substitute, it would seem, a form of fundamentalism? How can we recognize the majority of the bishops in this? We are “scandalized” in the strong biblical sense, by this sort of reliance on the logic of authoritarianism and power alone that is so little like the Gospel. The members also experience a great suffering, even distress, in face of this sort of episcopal behaviour.  The only “consolation,” if there is any, is that we continue to believe that a majority of the bishops do not approve of a policy carried out in their name.
Is the dominant power of money gaining entrance?  On the one hand, that of the Harper government channelling public funds away from Development and Peace in order to redirect them toward mining companies for their “philanthropic” (public relations) projects and, on the other hand, that of some of the bishops in the richest dioceses[3]  serving a shameful blackmail.
As far as the reaction of Development and Peace goes, all that I have said does not excuse it, or very little. We cannot prevent outside attacks. Nevertheless, we have to react to them with the understanding of faith and of the Organization that we embody. This is precisely what has been lacking in the autocratic leadership of Development and Peace. They do not seem to have any anchoring in the identity and mission of the Organization, nor do they seem to have any socio-political analysis grounding their orientation, nor do they possess the basic theological references of this mission and its practice. Thus they found themselves at sea during the first storm. Rather than reacting by relying on the Organization as a whole and on its various functional levels and democratic processes, they surrendered to those facing them, by accepting, for all practical purposes, to become their internal executors. The leadership of Development and Peace now gives the impression of taking its orders directly from the CCCB.
So, finally, I come to the Theology CommitteeThere does not seem to be any place in Development and Peace at this point for a real Theology Committee. It has never been invited to work closely with the Liaison Committee or even to be represented. Are the bishops opposed to that? We could have contributed in this way to a discussion of the orientations of the Organization based on common references drawn from our faith tradition. For my part, after having spoken and intervened in vain, I judged that there was nothing left except to retreat and to keep silent in order to protest against the unacceptable, at least as a member of this Committee. This decision is all the more wrenching because the experience of the Committee itself was absolutely fraternal and stimulating, unforgettable.
And now?  
The policy followed up to this point by the leadership of the Organization would have had harmful consequences even if we were to set aside what resulted directly from the budgetary cuts provoked by the decision of CIDA. This policy has had a harmful effect on the spirit of the members and has discouraged the staff. It led to more than twenty devastating departures and resignations since May, 2012. Other resignations will perhaps still follow…
So, these are dark days and it has been a hard test of our hope. My departure from the Theology Committee should not be taken as a break with my commitment, but rather as a witness to the impasse in a situation. It is the form that my solidarity with the movement can take in the present circumstances and, most particularly, in the situation in which the Theology Committee finds itself. If I resign specifically from the Theology Committee, I remain a member of Development and Peace, at least for the moment, and I will continue to intervene to save it. I want also to tell you that, if the internal dynamic were reversed in a significant way, I would return to the Theology Committee very quickly. Obviously of course, if I were invited.
Among the conditions for a possible turn-about, the two following seem to me at this point unavoidable:
(1)  That the National Council take up once again its autonomous responsibilities as outlined in the Constitution of Development and Peace. That it take up once more the leadership of the Organization as well as its contact with the members and that it establish new references for dialogue with the CCCB through its normal exercise of authority and in another framework than what has been imposed on it.  

(2)  If the National Council took up this sort of turn-around with regard to the present dynamic, that would require a leadership more in agreement with the deep identity of Development and Peace, ready to defend it and capable of a further revival of the Organization. It is thus evident that the task cannot be confided to people who have actively led Development and Peace in the opposite direction.

For this reason, it is imperative that the National Council demand the resignation of the Executive Director and the Assistant Executive Director, and that it remove from its executive at least the out-going president and former president, in order to replace all these people by other people who are more in line with the fundamental orientations that are once again reaffirmed by the Organization.

Mark me well, in spite of all this, that I am not expressing here any personal hostility with regard to the persons mentioned as such. But, I do rather make the point that, as far as the basic orientations of Development and Peace go,  they disqualified themselves, in what certainly were difficult circumstances. The bond of confidence seems to me to have been irremediably broken in their case for any authentic revival of Development and Peace.

The members of Development and Peace are losing hope and,  for three long years now, the staff is suffocating on a daily basis. “Development and Peace is in agony,” was the title of an article yesterday in Le Devoir. [4] What does it take to get you to move to action?
In all friendship and solidarity,
Michel Beaudin,
Longueuil,  November 27, 2012

[1] The Theology Committee has already made this known to the National Council that was, up until then, quite uninformed. See the letter dated Easter 2011, which remains without a response from the Council.

[2] Even though in the effort to “force” Development and Peace to rescind its 2012 Fall campaign, as has been reported, the President of the CCCB did not even make an effort to consult the members of its own Permanent committee that is the official body in liaison with Development and Peace.

[3] With frankness (and courage) Bishop Champagne noted that «money talks» in an interview withProximo (Radio Ville-Marie), on June 11, 2011.

[4] Jean-Claude Leclerc, «L’agonie de l’organisme Développement et Paix. Une crise entre les laïcs et les évêques catholiques», Le Devoir, November 26, 2012, p. B 6.

Wednesday, 28 November 2012

Rio+20 Youth Delegation - Declaration on the Fall Campaign


Our mission demands that we should courageously denounce injustice, with charity, prudence and firmness, in sincere dialogue with all parties concerned. We know that our denunciations can secure assent to the extent that they are an expression of our lives and are manifested in continuous action.
- Justice in the World, no. 57

Rio+20 Youth Delegation - Declaration on the Fall Campaign

In June of 2012, a bilingual group of youth leaders from across the country gathered at the Rio+20 People’s Summit to represent Development and Peace at one of the most important assemblies of our generation for the future of our planet. Francophone and Anglophone, Western and Eastern Canada, Indigenous and non-Indigenous sisters, all passionate members of this global movement for justice and peace that we hold so dear to our hearts.

As young members united in our demonstrated commitment to living out the gospel through working with Development and Peace, we are uniting once again to call for its renewal in this current climate of conflict, anger, and disempowerment.

We are angry.

We are angry with members of the CCCB, who have overstepped their power and abused their relationship with Development and Peace in intervening in this year’s fall campaign. As an organization founded by the Bishops in the time of Vatican II to be a lay-led movement for justice, this decision is at odds with decades of empowered lay people putting their faith into action through advocacy and solidarity.

We are angry with our government, whose changing philosophy on international development is cause for great concern for our partners, and for us as a movement of members.

We are angry with the leaders of this movement. We do not believe that the current leadership team stands for D&P members or partners as definitively as it ought. Their failure to communicate clearly in the context of crisis, their failure to stand up for outstanding partners such as the Centro PRODH that unjustly come under fire, and their failure to act prophetically when the fall campaign was at risk is unacceptable. We are unwilling to stand by and let their inaction go unchallenged.

We are tired.

We are tired of being told that this is a democratic organization in which members are told they are heard. Whether we are new to the movement, or have been active for decades, we have always been proud to call ourselves members. Recent events have made us frustrated and ashamed of the movement we call our own. The governance structures of this organization are failing its members and need to be reviewed in order for member voices to be at the centre of this movement once again.

We are tired of consistently failing our partners who, time and time again, remind us that our solidarity, our willingness to speak out against injustice, is worth so much more than our dollars. How can we say we continue to live in solidarity with our partners when we are no longer willing to take political action?

When we have come up against a wall, members have always held fast to our determination to affirm D&P’s prophetic role in the Church. We have held fast to our Catholic values. We are willing to be risk takers when these fundamental aspects of our identity are challenged. And yet, our elected leadership and management team deny us this courage and respond to challenge with cowardice.

However, we are not willing to give up.

We are calling for a renewal of leadership and of the democratic values we hold dear. How can we say we support the democratic struggles of our partners when we cannot even practice it internally? Listening to the youth voice and supporting more youth involvement at all levels is essential to this process and to the future of the organization.

We are calling for a courageous National Council executive and management team that is willing to take the demands of our partners seriously, to take the clear priorities of members seriously, to take our prophetic call seriously.

We are calling for a better communication system in which the most active members can be promptly made aware of brewing crisis and supported in communicating with their communities. In order to respond effectively, we require open communication and transparency. Backroom deals outside of the democratic structures of the organization are unacceptable.

We are calling for a clarification of our relationship with the CCCB. While we value our relationship with the Church and see it as fundamental to the work that we do, we believe in the original CCCB vision of CCODP as a lay organisation and we are not willing to cede control of our work to a small number of bishops. who have always stood by Development and Peace as a lay-led movement. We want the CCCB, in relationship with Development and Peace, to establish specific parameters for expressing concerns regarding CCODP campaigns and programming.

And we are prepared to act.

We support the spirit of the Francophone Youth Declaration and support those groups that choose to participate in the boycott of the Fall Action and Share Lent campaigns for this year, including their decision not to participate in the Fall Action and Share Lent campaigns for this year. We also join the call for an internal campaign to address those governance reforms that are needed to restore our faith in Development and Peace as a democratic movement. We want to be clear that, in choosing to support these actions, we are expressing a depth of love for this organization that should not be taken for granted. We are in a position to walk away and devote our energies to other work. Instead, we are choosing to stay and fight for the values that are important to us.

We call for an energetic groundswell encouraging the Bishops, D&P management, and the National Council to question their role in compromising our prophetic voice. We ask that members from across the country take out their pens, pick up their phones, and meet face-to-face with leaders in the organization and the Church to express their frustrations and calls for renewal. We want these communications to be shared movement-wide so that we can feel united in our efforts to reclaim the organization.

We are organizing for a youth led movement to reform the organization according to the values of members and partners. We are committed to open and honest dialogue with each other and with the leaders of the movement about what needs to change, and how we can come together to effect this change. May we, as a movement, find strength and courage in our faith to restore our prophetic voice and once again become leaders in the global struggle for justice and peace.

Adopted November 20th, 2012 by the Rio +20 Youth Delegation


Notre mission exige de nous que nous ayons le courage de dénoncer les situations injustes avec charité, prudence et fermeté, dans un dialogue franc avec toutes les parties intéressées. Nous savons enfin que nos dénonciations ne peuvent emporter l’adhésion que dans la mesure où elles seront cohérentes avec notre vie et s’inscriront dans une action continue.
- La promotion de la justice dans le monde, no 57

Délégation jeunesse de Rio+20 – Déclaration sur la campagne d’éducation

En juin 2012, des jeunes leaders de Développement et Paix provenant de partout au pays se sont rencontrés au Sommet des peuples de Rio+20. Ce groupe bilingue, entièrement composé de jeunes femmes, représentait l’organisation à l’une des plus importantes conférences de notre époque pour l’avenir de la planète. Francophones et anglophones, autochtones et non-autochtones, originaires de l’Ouest et de l’Est du Canada, ces sœurs ont en commun ceci : elles adhèrent toutes avec passion à un mouvement international pour la justice et la paix qui leur tient profondément à cœur.

En tant que jeunes membres, nous sommes unies par notre engagement profond envers l’évangile, que nous mettons en pratique par notre travail au sein de Développement et Paix. Aujourd’hui confrontées à un climat de conflit, de colère et d’impuissance, nous unissons une fois de plus nos forces pour réclamer le renouveau de cet engagement au sein du mouvement.

Nous sommes en colère.

Nous sommes en colère contre les membres de la CECC, qui ont abusé de leur pouvoir et de leur relation avec Développement et Paix pour intervenir dans la campagne d’éducation de 2012. Les évêques de Vatican II ont fondé Développement et Paix dans le but de constituer un mouvement laïc pour promouvoir la justice. Les agissements de la CECC vont donc à l’encontre du travail mené depuis des décennies par des laïcs habiletés à exercer leur foi par des actions de plaidoyer et de solidarité.

Nous sommes en colère contre notre gouvernement, dont le changement de philosophie en matière de développement international est très préoccupant pour nos partenaires, ainsi que pour notre mouvement et ses membres.

Nous sommes en colère contre les dirigeants de notre mouvement. À notre avis, l’équipe dirigeante ne défend pas les intérêts des membres de Développement et Paix ou de ses partenaires aussi ardemment qu’elle le devrait. L’inhabileté de nos leaders à communiquer clairement, en temps de crise, leur incapacité à défendre des partenaires exemplaires qui sont victimes de critiques injustes (comme le Centre PRODH), et leur inaptitude à réagir de façon prophétique aux menaces planant sur la campagne d’éducation sont inacceptables.Nous refusons de garder le silence face à leur inaction.

Nous en avons assez.

Nous en avons assez qu’on nous dise faire partie d’une organisation démocratique à l’écoute de ses membres. Que l’on vienne de se joindre au mouvement ou que l’on y adhère depuis des décennies, nous sommes tous fiers de nous dire membres. Cependant, les récents événements nous ont rendus mécontents, voire honteux, de ce mouvement que nous considérons le nôtre. La structure de gouvernance de l’organisation ne sert plus les intérêts de ses adhérents; elle doit être revue, de façon à replacer la voix des membres au cœur du mouvement.

Nous en avons assez de constamment décevoir nos partenaires, eux qui nous ont rappelé, maintes et maintes fois, que notre solidarité et notre volonté de dénoncer les injustices pèsent beaucoup plus que nos dollars. Comment pouvons-nous affirmer agir en solidarité avec nos partenaires quand nous ne sommes plus prêts à mener des actions politiques?

Par le passé, chaque fois qu’ils se sont heurtés à un mur, les membres de Développement et Paix ont tenu bon et ont continué d’affirmer le rôle prophétique de l’organisation dans l’Église. Nous sommes également demeurés fidèles à nos valeurs catholiques. Quand ces aspects fondamentaux de notre identité sont menacés, nous sommes toujours prêts à prendre des risques. Pourtant, nos élus et notre direction refusent de nous laisser agir avec courage; plutôt, ils font preuve de lâcheté face aux défis rencontrés.

Mais nous refusons de baisser les bras.

Nous réclamons un renouvellement du leadership et des valeurs démocratiques qui nous sont chères. Comment pouvons-nous prétendre appuyer les luttes de nos partenaires pour la démocratie quand nous sommes incapables d’appliquer ces principes à l’intérieur même de notre mouvement? Pour y arriver, et pour assurer l’avenir de l’organisation, il est essentiel d’écouter la voix des jeunes et d’augmenter leur engagement à tous les niveaux.

Nous réclamons que le comité exécutif du conseil national et l’équipe de direction fassent preuve de courage et prennent au sérieux les exigences de nos partenaires, les priorités exprimées par les membres et notre appel prophétique.

Nous réclamons l’amélioration de nos mécanismes de communication, pour que nos membres les plus actifs soient rapidement informés des crises qui se préparent et qu’ils disposent du soutien nécessaire pour diffuser l’information dans leur communauté. Pour que nous puissions réagir efficacement, la communication entre l’organisation et ses membres doit être ouverte et transparente. Il est inacceptable que des décisions soient prises en coulisse, hors des structures démocratiques de notre organisation.

Nous réclamons plus de clarté dans notre relation avec la CECC. Notre relation avec l’Église est précieuse et, à notre avis, fondamentale pour le travail que nous effectuons. Cela dit, nous adhérons à la vision originale de la CECC, selon laquelle Développement et Paix est une organisation laïque. Nous refusons de céder le contrôle de nos activités à un petit groupe d’évêques qui, par ailleurs, ont toujours défendu la nature laïque de notre mouvement. Nous désirons que la CECC, en collaboration avec Développement et Paix, établisse des paramètres spécifiques pour exprimer ses préoccupations concernant les campagnes et les programmes de Développement et Paix.

Nous sommes prêtes à passer à l’action.

Nous appuyons la déclaration des jeunes francophones ainsi que les groupes qui choisissent de boycotter la campagne d’éducation ainsi que le Carême du partage, y compris leur décision de ne pas participer à ces campagnes cette année. De plus, nous nous joignons à la campagne interne appelant à des réformes de la gouvernance nécessaires pour restaurer notre foi dans Développement et Paix comme organisme démocratique. Nous tenons à préciser que si nous appuyons ces actions, c’est pour exprimer la profondeur de notre attachement à l’organisation, un sentiment qu’il ne faudrait pas tenir pour acquis. Nous pourrions quitter le mouvement et consacrer nos efforts à d’autres causes. Plutôt, nous choisissons de rester et de lutter pour les valeurs qui nous tiennent à cœur.

Nous invitons les membres à se mobiliser de façon énergique pour encourager les évêques, la direction de Développement et Paix et le conseil national à examiner les façons dont ils ont contribué à assourdir notre voix prophétique. Nous demandons aux membres de toutes les régions de sortir leur plume, de prendre le téléphone et de rencontrer les dirigeants de l’organisation et de l’Église pour exprimer leur mécontentement et appeler au renouveau. Nous les invitons également à partager leurs démarches avec le reste du mouvement, pour que tous se sentent unis dans leurs efforts pour reconquérir l’organisation.

Nous mettons actuellement sur pied un mouvement jeunesse pour réformer l’organisation, en accord avec les valeurs de ses membres et de ses partenaires. Nous nous engageons à entretenir un dialogue ouvert et honnête entre nous, ainsi qu’avec les dirigeants du mouvement, pour déterminer les changements à apporter, ainsi que les meilleures façons de collaborer pour mettre en œuvre ces changements. Que notre foi nous accorde, en tant que mouvement, la force et le courage nécessaires pour retrouver notre voix prophétique et redevenir des leaders dans la lutte mondiale pour la justice et la paix.

Adopté le 20 novembre 2012 par la délégation jeunesse de Rio +20

Like ·  · Share


(Please use translator tool on the right to get the gist of the letter below)



Chers et chères membres du Conseil national,  
Dear members of the National Council of Development and Peace,
I  apologize to the Anglophone members of the National Council for having written this letter in French only. I lacked time, along with competence, to write also in English. I hope the National Council will be able to provide an English version of the letter.

Je ne saurais exprimer  mieux que par le texte biblique qui suit  ma perception du cours des choses depuis 2009 à Développement et Paix. Il traduit également le désarroi des membres des équipes locales et diocésaines face à cette lamentable dynamique; celui aussi de son formidable personnel, des membres des comités comme ceux du Comité de théologie auquel je participe depuis 2007, ainsi que de tous les individus et groupes ayant toujours appuyé l’Organisme, dont les fidèles des communautés chrétiennes,: «QUAND IL N’Y A PLUS DE DIRECTION DANS LE PAYS, LE PEUPLE MEURT» (Prov 11, 14).

Mon parcours et attachement à Développement et Paix
Avant de vous écrire les lignes qui suivent, celles-ci ont d’abord habité  ma peine et mes insomnies tant à propos de Développement et Paix que de l’Église. Un lien profond à Développement et Paix  a structuré et inspiré tout mon itinéraire d’adulte. Je me sens viscéralement attaché et redevable à Développement et Paix. Mes vingt ans, en 1967, ont connu une Église qui savait solliciter des jeunes le meilleur d’eux-mêmes. En cette année-là, j’entendais Mgr. Helder Camara nous proposer une analyse des rapports Nord-Sud quidessillait aussi nos yeux sur l’évangile. Je fis la même année un séjour en Amérique latine avec d’autres dirigeants de mouvements dans le cadre de la Fraternité Saint-Jean-Valparaiso fondée par les regrettés Mgr. Gérard-Marie Coderre et M. André Tremblay, l’un des fondateurs de Développement et Paix et son premier directeur des programmes internationaux. Nous lisions là-bas Populorum progressio et nous découvrions  la réalité du Sud tout comme l’Église de la libération qui s’y engageait dans la foulée du Concile. En 1967, l’Églisecatholique canadienne, évêques, prêtres, religieux et laïcs, mettait sur pied Développement et Paix pour répondre à l’appel de Paul VI et de Mgr. Camara. J’ai eu le bonheur d’organiser ou de participer comme étudiant en théologie à plusieurs activités de campagne ou de formation des débuts de l’Organisme.  Je me souviens des élans des laïcs, soutenus à cette époque par les évêques heureux de nous voir prendre des responsabilités sociales et ecclésiales comme «adultes dans la foi», comme on le disait alors.
Si bien qu’en 1974, tout en achevant une thèse de doctorat sur la christologie de HansUrs von Balthasar, j’entre à Développement et Paix comme animateur régional pour ensuite devenir, deux ans plus tard, recherchiste pour les programmes d’éducation à la solidarité internationale jusqu’en 1985. J’aurai, entre autres, participé à la mise en route des campagnes d’automne axées sur des situations d’injustices précises et proposant des actions de solidarité visant explicitement l’éradication de leurs causes structurelles : Apartheid en Afrique du Sud(prisonniers politiques, soutien canadien du régime), Grands-mères de la Plaza de Mayo(enfants et petits-enfants «disparus») en Argentine, peuples indigènes opprimés du Guatemala, paysans et indigènes des Philippines sous la dictature de Marcos, militarisation comme obstacle au développement, etc.  
Depuis longtemps, nous constations une réception de nos programmes dans les communautés chrétiennes qui variait selon le degré de sensibilisation des pasteurs à la dimension sociale de l’évangile. En 1985, poussé par cette  interpellation et sentant ma théologie transformée par l’expérience de Développement et Paix et de ses partenaires, je m’engage comme professeur à la Faculté de théologie de l’Université de Montréal en me donnant pour objectif d’intégrer à la formation des futurs pasteurs, agents et agentes de pastorale et autres leaders laïcs une prise en compte fondamentale de l’impératif évangélique de la solidarité sociale et internationale. C’est à cette tâche que je me consacrerai pendant les  22 années suivantes auprès d’une génération entière d’étudiants et d’étudiantes et auprès d’une multitude de groupes engagés sur le terrain. Cette période sera aussi l’occasion de multiples collaborations avec la Conférence des évêques catholiques du Canada (CÉCC) ainsi qu’avec le Comité des affaires sociales (membre collaborateur de 1986 à 1989) de l’Assemblée des évêques du Québec.
En 2007, je prends ma retraite de l’Université. Je reçois alors une invitation à me joindre au Comité de théologie de Développement et Paix. Ce sera le  seul nouvel engagement que j’accepterai dans le travail de solidarité que je poursuis. Je rentrais à la «maison». Bien qu’ayant toujours accompagné pendant ce temps l’Organisme, même de loin, je retrouvais avec admiration et fierté un Développement et Paix qui avait évolué de façon créatrice et dans la fidélité à ses fondements. Je me réjouissais que cette nouvelle participation, cette fois à même ce que j’avais appris de la théologie, me permette de remettre à Développement et Paix un peu de ce dont je lui étais si grandement redevable.

Ma démission du Comité de théologie
Je devais terminer en novembre 2013 le deuxième terme de mon mandat et j’envisageais d’accepter un troisième terme de trois ans. Aussi comprendrez-vous à la lumière de ce qui précède que c’est avec un grand déchirement, beaucoup de tristesse et une certaine colère,mais non sans encore un espoir, que je vous annonce MA DÉMISSION DU COMITÉ DE THÉOLOGIE.
Avant de présenter le motif de cette décision, permettez-moi trois brèves remarques : (1) cette décision n’a rien d’un geste impulsif; elle résulte d’une mûre réflexion menée depuis trois années (crise de 2009) au terme desquelles elle s’est dernièrement imposée à ma conscience. (2) Contrairement à ce qule directeur général Michael Casey a faussementannoncé («damage control»?) à propos de la démission de Claire Doranpar exemple, ma démission, comme celle de cette dernière, ne doit rien à des «raisons personnelles» mais tient entièrement aux manœuvres que le leadership de Développement et Paix a pratiquées et aux positions qu’il a tenues face aux attaques extérieures de LifeSiteNewsde l’ACDI et de la CÉCC. (3) Enfin, ma démission s’inscrit dans la foulée d’une récente prise de position unanime du Comité de théologie, geste dont je suis partie prenante et dont la teneur vous sera bientôt transmise par lettre, si ce n’est déjà fait.
Motif de ma démission
Le seul et unique motif de ma démission est bien simple malgré ses multiples composantes : il s’agit du choix fait par la Direction générale et par l’Exécutif du Conseil national d’une politique de complaisance, de soumission et même d’un certain opportunisme, pour certains,plutôt que de résistance face aux attaques extérieures dont Développement et Paix a été l’objet depuis 2009.  De surcroît, en monopolisant de façon autocratique l’information et l’essentiel du pouvoir de décision, le leadership de l’Organisme a délibérément empêché le membership, le personnel, la plupart des membres du Conseil national comme tel ainsi que de ses comités, de même que les groupes de l’extérieur partageant nos idéaux, d’avoir quelque prise sur la situation comme il se devait et de participer à ldéfense légitime de Développement et Paix.
Il en est résulté, plus précisément en ce qui me concerne directement, que le Comité de théologie s’est trouvé devant un vide. (1) Il s’est trouvé sans interlocuteur véritable chez son mandataire, le Conseil national, lui-même pratiquement mis en tutelle et devenu muet malgré nos initiatives et appels répétés. (2) Le Comité n’a jamais été associé non plus au Comité de liaison de Développement et Paix dans ses démarches avec le Comité permanent de la CÉCC malgré les questions ecclésiales et théologiques en jeu. Il semblerait que les évêques seraient plus que réticents à une telle participation. Ils sont d’ailleurs peu enclins à des discussions franches et ouvertes sur la vision d’Église et sur la mission de Développement et Paix à cet égard. Mais le Comité de liaison n’aurait-il pas pu favoriser au moins des échanges informels entre lui et le Comité de théologie? (3) Enfin le Comité de théologie a aussi été paralysé dans sa collaboration sur plusieurs dossiers liés aux programmes en raison des bouleversements créés et du maintien dans le noir des membres de la base par la Direction générale. Face à la réalité d’un Comité n’ayant plus de vis-à-vis ni d’objet substantiel autre que d’être invité à se fondre dans la réaction inappropriée du leadership de Développement et Paix, et refusant à bon droit à ne parler qu’à lui-même, j’en suis arrivé, quant à moi, à la conclusion d’une nécessaire démission. Vient un moment ou un seuil où poursuivre une participation équivaut à légitimer ou même à se faire complice d’une orientation en cours, contradictoire avec le sens de l’engagement de Développement et Paix.
Quelques considérations complémentaires
Je me permettrai encore quelques considérations complémentaireconcernant (1) les pressionsextérieures, (2) la réaction faite au nom de Développement et Paix, et (3) la situation du Comité de théologie.
D’abord sur les acteurs extérieurs. Nous savons que les allégations de LifeSiteNews n’étaient pas fondées et que, n’eussent été des coûts financiers, elles auraient pu être démenties judiciairement. À mon sens cependant, un petit groupe d’évêques qu’il faut bien qualifier d’ultraconservateurs, appuyé sur le Secrétaire général de la Conférence, a fait «comme si» Développement et Paix était fautif, trouvant là le prétexte rêvé pour entraîner plus avantl’ensemble de la CÉCC dans un projet d’Église («coup» d’Église?) singulier aujourd’hui fortement promu par le Vatican. Le Directeur général de Développement et Paix s’est alors vu intimider et asséner en privé, et soi-disant au nom de la CÉCC, plusieurs diktats (ex. renvoi de son invité le Père Arriaga de l’organisme mexicain ProDH, demande de lettres d’excuses,interdiction de se défendre, etc.) avec menace de rupture de l’appui des évêques. Au lieu, alors de s’appuyer sur les instances régulières de l’Organisme, le soi-disant représentant (un «employé» et non un élu) de Développement et Paix, isolé et faible, capitula. L’Organisme fut ainsi forcé par tous ces gens de jouer dans un mauvais film, tissé de mensonges, surréaliste, kafkaïen, et sans plus de lien avec la réalité, une fiction cependant créatrice d’une autre «réalité», funeste celle-là.  J’eus, dès ce moment, le sentiment diffus que l’Organisme étaitvictime d’une sorte d’imposture, sinon d’une conspiration. La caritas en venait-elle ici à vouloir se passer de la veritas?
C’est ce film que nous avons vu défiler depuis ce temps, avec, par exemple : (1) l’imposition d’une politique de Nihil obstat (ensuite atténuée devant le tollé suscité) des évêques du Sud par rapport aux partenaires et programmes de Développement et Paix; (2) la mise en tutelle de facto du Conseil national au profit d’une structure parallèle de liaison avec la CÉCC, une structure qui ne devait agir que ponctuellement, mais qui se fait permanente et devient, à toute fin pratique, la véritable instance de gouvernance de Développement et Paix;(3) l’extrême timidité du communiqué de la CÉCC subséquent à l’annonce par l’ACDI  de la réduction drastique de la subvention quinquennale destinée à Développement et Paix, un «silence» dont on comprend maintenant mieux les motifs politiques à la lumière de l’actualitéet des tractations autour du projet de campagne 2012 de Développement et Paix, susceptible de heurter le gouvernement conservateur; (4) l’annulation de l’essentiel de la campagne de l’automne 2012 pour des raisons d’intérêts politiques de la CÉCC dans ses rapports avec le gouvernement Harper (aurait-on vu Jésus négocier quelque avantage personnel avec Pilate en échange du sacrifice de ses disciples?), intérêts, donc,  camoufléensuite en préoccupation d’«unité» épiscopale et ecclésiale, ici érigée en «idole» puisque s’imposant «à tout prix» et se faisant ainsi sacrificielle.
En fait, ce mauvais film est d’ampleur mondiale. Tous les organismes apparentés à Développement et Paix et regroupés à Caritas internationalis ou à la CIDSE subissent des pressions semblables, signe d’un dessein concerté à leur égard. Ces pressions vont de pair avec la réduction de l’enseignement social de l’Église à la seule encyclique Caritas in veritate une réduction dévalorisant du coup, paradoxalement, l’apport de l’encyclique   en fait, à quelques paragraphes de celle-ci seulement, centrés sur le respect de la vie intra-utérine, une réalité qui n’a presque rien à voir avec le travail de Développement et Paix. C’est comme si l’Église décidait de réduire l’évangile à quelques passages de celui-ci. Enfin, cette orientation va de pair avec l’évacuation presque complète de la justice sociale de l’enseignement et de l’agenda de l’Église (ex. abolition du poste de conseiller principal pour les questions de justice sociale à la CÉCC, et annulation récente d’un projet de lettre pastorale sur la crise économique). Elle fait sortir l’économie et la politique, par exemple, du champ de l’évangélisation. Privé ainsi de sa mission fondamentale, Développement et Paix pourrait alors être transformé en n’importe quoi d’autre, en organisme pro-vie, par exemple.
N’est-il pas troublant de voir l’épiscopat, à l’encontre du sensus fidei, démanteler ainsi ou faire «avorter» un organisme (y compris l’autonomie qui lui a été octroyéeconsidéré comme un joyau de l’Église canadienne, appartenant à celle-ci dans son ensembleet ne pouvant donc être considéré comme la «chose» des seuls évêques? N’est-il pas troublant devoir l’épiscopat faire de Développement et Paix le bouc émissaire emblématique d’un catholicisme avec lequel certains évêques veulent rompre pour lui substituer, semble-il, une forme de fondamentalisme? La promotion d’un nouvel accent dans l’enseignement de l’Église nécessitait-elle de tout détruire dans les autres secteurs de son engagement? Comment y reconnaître la plupart de nos évêques? Les évêques ou «épiscopes» [du grec epi (sur) etskopein (veiller)] ne devraient-ils pas, fraternellement, «veiller sur» les fidèles comme des pasteurs, et non d’abord les «surveiller» de manière inquisitoriale? Nous sommes «scandalisés» au sens biblique fort, par un tel recours à la logique si peu évangélique del’autoritarisme et de la seule puissance. Tout se passe comme si les évêques cherchaient à briser la fibre de l’engagement social des membres de Développement et Paix, une fibre intimement liée à celle de leur foi, faisant intégralement partie de celle-ci. Aussi les membreséprouvent-ils une grande souffrance, de la détresse même, devant un tel comportement épiscopal. Seule «consolation», s’il en est, nous continuons de croire qu’une majorité des évêques n’approuvent pas la politique suivie en leur nom. J’ai déjà lancé une interpellation à leur intention dans mon texte Nihil obstat…, mais sans écho  substantiel. Il est peut-être encore temps qu’ils réagissent, mais il se fait tard. Une chose est certaine : personne ne pourra agir à la place de ces évêques au sein de la CÉCC même!
L’argent dominateur serait-il en train de gagner? Celui, d’une part,  du gouvernement Harper détournant de Développement et Paix des fonds publics pour les rediriger vers des compagnies minières pour leurs projets «philanthropiques» (publicitaires); celui, d’autre part, de quelques évêques de diocèses plus riches servant à un chantage éhonté pour chercher à détourner Développement et Paix de la solidarité qui cherchait à déplacer les «montagnes» de l’injustice pour l’orienter vers des projets parfaitement compatibles avec le statu quo structurel ainsi qu’avec une collusion à peine voilée avec les pouvoirs en place.
Quant à la réaction de Développement et Paix, ce qui précède ne l’excuse en rien ou si peu. On ne peut empêcher des attaques extérieures. Il nous faut cependant y réagir selon le sens qui nous habite. C’est précisément ce sens qui a manqué aux dirigeants autocrates de Développement et Paix. Ceux-ci ne semblaient ni avoir d’ancrage réel dans l’identité et lamission de l’Organisme, ni posséder l’analyse socio-politique fondant ses orientations, ni s’être appropriés les références théologiques fondatrices de cette mission et de ses pratiques. Aussi furent-ils dépourvus à la première tempête. Plutôt que de réagir en s’appuyant sur l’ensemble de l’Organisme, sur ses instances et processus démocratiques ainsi que sur ses ressources concernant ces trois volets, ils s’en sont remis, pieds et poings liés à leurs interlocuteurs d’en face, acceptant à toute fin pratique de s’en faire les exécutants internes quitte à manipuler les instances de Développement et Paix et à écarter toute source potentielle de contestation, à commencer par les membres, encore aujourd’hui peu informés de la situation, surtout du côté anglophone. Le leadership de Développement et Paix donne maintenant l’impression de prendre directement ses ordres de la CÉCC. Ne défendant pas l’Organisme, il a rendu impossible sa défense par le mouvement et par une opinion publique qui lui était pourtant a priori favorable. Pire, encore, à propos de la campagne d’automne 2012, le Directeur général a même pris l’initiative d’appeler personnellement au moins un sinon plusieurs évêques du Québec décidés malgré tout à aller de l’avant avec l’approche intégrale de la campagne, pour les en dissuader, en arguant qu’ils risquaient ainsi de «nuire» à l’Organisme!
J’ai déjà dit ailleurs qu’il pourrait arriver un seuil de dégradation de la spécificité de Développement et Paix où il ne vaudrait plus la peine que l’Organisme existe. Ce seuil n’est certes plus loin, en espérant qu’il n’ait pas déjà été dépassé. Laisserons-nous les «fossoyeurs» de l’identité de Développement et Paix, autant à l’interne qu’à l’externe, poursuivre tranquillement leur œuvre?
J’en viens finalement au Comité de théologieAu regard, d’abord, de la crise et de nos rapports avec le Conseil national et la Direction générale, je voudrais mettre en évidence quelques faits. Peu après l’attaque de LifeSiteNews, en 2009, le Directeur général finit par convoquer une réunion spéciale du Comité de théologie, au mois de mai, afin de nous présenter la situation. Il se produisit alors un incident révélateur. Après une période de questions, tout en restant présent, il nous laissa discuter en se montrant complètement indifférent à nos propos (j’imagine que c’est ainsi qu’on peut qualifier le fait qu’il se soit alors plongé dans la lecture de son journal) jusqu’au moment du dîner à prendre ensemble! Nous sommes restés interloqués et devenus…perplexes. Il y a là, pour moi, au-delà de l’anecdote, une métaphore de la conduite de l’Organisme par la direction générale depuis le début de la crise!
Le Comité prit deux décisions importantes lors de cette rencontre: (1) On nous avait demandé de commencer une réflexion sur les critères concernant la pratique du partenariat, une initiative qui aurait pourtant dû relever du Service des programmes internationaux avec notre possible collaboration. Ce document substantiel (Critères que l’Organisation catholiquecanadienne pour le développement et la paix pourrait utiliser avec ses partenaires dans les questions éthiques, avec pour titre le plus récent : Partnership Policy Framework) réalisé sous la conduite de Michel Côté, n’a pas encore reçu d’approbation officielle. Une version édulcorée ou réductrice, que dirigea le théologien Tom Rosica au nom de la CÉCC, sera bientôt discutée à une réunion du Comité de liaison avec le Comité permanent de la CÉCC et risque de faire loi pour l’avenir. (2) Devant l’étonnante panique de la Direction générale, panique que nous croyions injustifiée vu les réalisations solides de Développement et Paix, nous avons conçu un document décrivant et analysant la trajectoire de Développement et Paix au regard de l’enseignement social de l’Église : La trajectoire prophétique de Développement et Paix : une fleur ecclésiale poussée dans le champ toujours en germination de l’enseignement social de l’Église (28 p.).  Il a été déposé au Conseil national en novembre 2009. Aucun écho ne nous est jamais parvenuCette étude, nullement polémique, réalisée au nom du Comité de théologie, était destinée à servir de référence pour les membres ainsi qu’à nourrir notre fierté et notre espérance commune en ces temps de crise.  Il ne leur est jamais parvenu non plus! Nous avons réitéré plusieurs fois, depuis mars 2010 jusqu’en en octobre dernier, une demande d’installation de ce texte (en français et en anglais) sur le site Internet de Développement et Paix, ainsi que de diffusion auprès des conseils diocésains. À ce jour : rien.  
Lors de l’épisode subséquent de la crise, en mars-avril 2011, en l’absence de circulation d’information concernant les événements et surtout la pénible rencontre entre le Directeur général de Développement et Paix et le Secrétaire général de la CÉCCet de ses conséquences, le Comité de théologie prit l’initiative d’écrire au Conseil national au lendemain de Pâques pour l’informer de ce que nous savions et suggérer certains gestes. Sauf quelques membres nous remerciant informellement de les informer, cette lettre n’a jamais reçu de réponse. En juin 2011, à la veille d’une réunion du Conseil national où il devait être question de la politique du Nihil obstat que voulait imposer la CÉCC, j’écrivis une lettre de quatre (4) pages au Conseil national. Pas d’écho non plus, sauf plus tard (en septembre) une réponse de Pat Hogan accompagnée d’une consultation qui semblait quelque peu improviséeet pour la forme à propos de quelques textesDevant l’absence de tout écho aux interventions mentionnées ci-haut, j’avais alors déjà entrepris depuis le mois d’août d’écrire une réflexion sur cette politique et de la diffuser largement, non sans l’avoir d’abord envoyée au Comité de liaison de Développement et Paix: «Nihil obstat, le pouvoir absolu d’interférence d’évêques du Sud, contradictoire avec les relations de partenariat, avec le travail de développement, avec la co-responsabilité ecclésiale et donc avec l’identité et la mission de Développement et Paix». Ce document de plus de vingt pages n’a jamais reçu de réponse. Je fis aussi d’autres interventions personnelles pour défendre Développement et Paix, mais leur caractère confidentiel m’empêche d’en divulguer la teneur et les destinataires.
Enfin, en juin dernier, le Directeur général, nous assurant du caractère urgent et vital de notre apport dans les présentes circonstances nous proposa une série de thèmes sur lesquels Développement et Paix aurait besoin que nous réfléchissions. Ceux-ci étaient, en fait,  un «copier/coller» des desiderata du Président de la CÉCC vis-à-vis de Développement et Paix :la communion avec l’Église universelle, spécialement celle  du Sud (avec les frères évêques), les critères de partenariat (choix, relations, désengagement…), une démonstration de l’intégration de Caritas in veritate dans la vie institutionnelle de Développement et Paix et dans ses pratiques, etc. S’ajouta un thème sous-jacent et fréquemment formulé depuis quelque temps, celui de l’identité catholique. Le Directeur ajouta aussi de son cru le thème de la«Nouvelle évangélisation», expliquant que Développement et Paix, en se montrant proactif et prêt à s’engager sur cette question, la CÉCC  pardonnerait peut-être à l’Organisme de ne pas en avoir fait assez sur Caritas in veritateDans ses termes : «It would be beneficial for us if we could be proactive and prepared to engage on the ‘emerging issue’ of New Evangelization after the Synod».
Le Comité accepta d’aborder ces propositions mais sans enthousiasme. Le Comité de théologie a toujours travaillé de bonne foi avec Développement et Paix, mais comment être à l’aise avec des commandes qui ne paraissaient pas prioritaires pour la dynamique de l’Organisme et surtout pour créer un faux semblant à l’intention d’une instance extérieure plus inquisitoriale qu’accompagnatrice, et aux yeux de laquelle nous n’en ferions jamais assez? Sans compter que nous ne sommes qu’un comité de bénévoles tous fort occupés par ailleurs. Le Comité décida cependant d’aborder ces thèmes à sa manière, c’est-à-dire sous l’angle dudéveloppement humain intégral. Me ravisant, je refusai personnellement plus tard de donner suite à la tâche qui m’était dévolue pour cette raison que nous n’avions pas à travailler sur des questions ou demandes venant directement de l’extérieur sans avoir été tamisées par le Conseil national ou une autre instance interne à Développement et Paix!
Sur le plan de la collaboration  aux programmes de Développement et Paix, à part des consultations courantes ou d’office, je voudrais signaler trois projets dont la poursuite a été bloquée par la situation prévalant à Développement et Paix, et témoignant particulièrement du sort fait aux membres et des entraves au travail du personnel.
(1) Deux sondages ont été menés auprès des membres, en 2008 et en 2010, sur leur expérience du rapport entre la foi, l’eucharistie et leur engagement. Les réponses obtenuesétaient extraordinaires de profondeur. La mise en forme des résultats demandait cependant une poursuite du dialogue avec les membres. Mais l’attitude adoptée par la Direction générale en ce qui concerne la crise avait creusé un tel fossé avec les membres que les initiatives du Comité de théologie risquaient d’être dévaluées et de susciter davantage de ressentiment. Nous nous sommes donc sentis obligés d’obtenir une autorisation formelle de cette Directionpour pouvoir communiquer directement avec les membres et pouvoir aborder librement avec eux certaines questions liée à la situation générale de Développement et Paix. Nous demandions aussi que notre démarche aille de pair avec une initiative directe de la Direction générale en termes d’information et d’implication des membres à propos de la crise. Le dossier est resté bloqué. Les perturbations,  le climat créé ainsi que le temps disponible ne permettent plus d’aller plus loin pour exploiter les excellents résultats de ces sondages avec les membres. (2)  De même des textes sur la théologie et la spiritualité du don attendent toujours la possibilité de consultation de l’équipe d’animation et, de là, des instructions pour être mis en outils pédagogiques. Les mêmes facteurs ont joué encore ici en plus des changements de priorités. (3) Enfin, une expérience-pilote (automne 2010) de formation théologique du personnel notamment sur la tradition biblique et chrétienne d’engagement social  (incluant l’enseignement social de l’Église) est encore empêchée d’avoir des suites.
Et voilà que malgré tous ces blocages et les commandes souvent inconsidérées qui nous ont été transmises, la Direction générale récidiva à notre dernière rencontre (6 novembre). À la toute fin de la période d’échange avec elle, on nous lança un autre appel, en disant que la situation dépassait la direction et qu’il fallait l’apport des autres. Un aveu quand même significatif de son autocratisme depuis trois ans. Cette fois, il s’agirait d’initier une réflexion , d’être partie prenante et d’accompagner  un projet qui serait soumis au Conseil national : la tenue d’une Assemblée générale de Développement et Paix, à l’automne 2013, vers «des changements inévitables» (pourquoi déjà ce verdict?) et portant sur des questions  comme (1) l’identité catholique et la place de l’Organisme dans l’Église; (2) la place et le sens de l’action politique de plaidoyer ainsi que la relation éducation/plaidoyer (comme si celui-ci n’était pas déjà inséparable d’un véritable travail d’éducation!), etc., mais sans plus de plan précis. Et le tout accompagné d’atermoiements sur le manque de personnel (mais pourquoi a-t-on poussé des personnes clés vers la porte?) et le besoin que le Comité de théologie s’implique peut-être au-delà des capacités de membres bénévoles ne se rencontrant que deux fois par année.  Du moins est-ce ainsi que nous avons perçu cet appel. Notre réaction fut vive et sceptique, en rappelant les déceptions récentes quant au processus et aux résultatsde nos contributions.
Il ne semble plus y avoir d’espace dans le Développement et Paix actuel pour un Comité de théologie véritable. Celui-ci, par exemple encore, ne fut jamais invité à travaillerétroitement avec le Comité de liaison ou même à y être représenté. Les évêques s’y sont-ils opposés? Nous aurions pu, ainsi contribuer à une discussion des orientations de l’Organisme à partir de références communes puisées dans notre tradition de foi. Une discussion intégrantdonc des éléments théologiques pour dépasser l’impasse, ou bien d’une simple assimilation autoritaire aux vues de la CÉCC (logique unilatérale de puissance), ou bien de simple confrontation. Ce qui aurait, évidemment, supposé, de la part des évêques, d’autres objectifs que d’abord politiques ou idéologiqueset leur reconnaissance des laïcs comme interlocuteurs même dans le domaine théologique! Pour ma part, après avoir parlé et être intervenu en vain, j’ai jugé qu’il ne me restait plus que le retrait et le silence pour protester contre l’inacceptable, du moins en tant que membre de ce Comité. Cette décision est d’autant plus déchirante que l’expérience du Comité comme tel fut absolument fraternelle et stimulante, inoubliable. Nous aurions voulu faire profiter davantage l’Organisme de notre travail en retour de l’inspiration que sa vie et ses visées généreuses nous apportaient.
Et maintenant?
La politique suivie jusqu’ici par le leadership de l’Organisme aura eu des conséquences néfastes même si nous mettons à part les effets résultant directement des coupures budgétaires provoquées par la décision de l’ACDI. Celle-ci aurait d’ailleurs pu être contestée si on avait mobilisé le mouvement et, avec lui, l’opinion publique. Cette politique de Développement et Paix, déterminée de l’extérieur, a ainsi eu un effet délétère sur l’esprit des membres et a découragé le personnel. La démission ou le départ depuis mai 2012 de plus de vingt-deuxpersonnes compétentes, loyales et identifiées à la mission de Développement et Paix, telles , par exemple, Hélène Gobeil, Paul Cliche, François Gloutnay ou encore, tout dernièrement,Claire Dorandirectrice de tous les programmes au Canada, ont été dévastateurs. Des personnes comme celles-ci ont été, dans certains cas, systématiquement écartées des prises de décision ou marginalisées souvent en raison même de leur fidélité à cette mission. Cela me paraît emblématique de l’effet destructeur sur Développement et Paix d’une politique étrangère à sa trajectoire. Pour le dire crûment, des personnes comme Claire ont dû courageusement partir pour ne pas être brisées ou encore pour ne pas cautionner un tel forfait. D’autres démissions suivront peut-être encore…
Le temps s’est donc couvert, mettant durement à l’épreuve notre espérance. Mon départ du Comité de théologie ne se veut pas une rupture de mon engagement, mais veuttémoigner de l’impasse d’une situation. C’est la forme que peut prendre ma solidarité avec le mouvement dans les circonstances présentes, et plus particulièrement celles dans lesquelles se trouve le Comité de théologie. C’est aussi une question de dignité et de responsabilité  comme laïc  dans l’Église. La régression proposée d’une responsabilité ecclésiale se rétractant dans le seul épiscopat paraît  inacceptable  selon les meilleures références de notre tradition, dont celle de Vatican II. Si je démissionne spécifiquement du Comité de théologie, je reste membre de Développement et Paix, du moins pour le moment, et continuerai d’intervenir pour son sauvetage.
Je veux aussi vous dire que si la dynamique interne était renversée de façon significative, ce serait avec empressement que je reviendrais au Comité de théologie si on m’y invitait, évidemment. Au nombre des conditions de possibilité d’un tel revirement, les deuxsuivantes me semblent maintenant incontournables, c’est-à-dire nécessaires même si non suffisantes. Elles visent ce qui m’apparaît comme les deux verrous qui, à l’interne de l’Organisme du moins, empêchent un déblocage de la situation, une véritable et plus digne défense de Développement et Paix, ainsi qu’une reprise éventuelle de son élan. S’il y a encore un espoir de revirement de la tragédie en cours, c’est de ce côté qu’il réside et il est entre vos mains.
Que le Conseil national, au premier chef, se ressaisisse et reprenne ses responsabilités autonomes prévues à la Constitution de Développement et Paix. Qu’il reprenne le leadership de l’Organisme ainsi que le contact avec les membres, et qu’il fixe de nouvelles balises pour le dialogue avec la CÉCC à travers ses instances régulières et sur d’autres bases que celles qui lui ont été imposées. Vous ne vous doutez pas à quel point les membres et tous les amis de Développement et Paix n’attendent qu’un signal de votre part pour se lever et se ranger nombreux et déterminés à vos côtés.

Par ailleurs, si le Conseil national adoptait un tel virage par rapport à la dynamique actuelle, cela requerrait un leadership qui soit plus en consonance avec l’identité profonde de Développement et Paix, prêt à défendre celle-ci et apte à une relance conséquente de l’Organisme. Il apparaît alors évident que cette tâche ne pourrait être confiée à des personnes qui ont activement mené Développement et Paix dans une direction opposée.

C’est pourquoi, il s’imposerait que le Conseil national demande alors la démission du Directeur général et de la Directrice générale adjointe, et qu’il écarte de sonExécutif tout au moins le président sortant ainsi que l’ex-président, pour remplacer toutes ces personnes par d’autres responsables correspondant mieux aux orientations de fond réaffirmées de l’Organisme. Si vous me permettez ici  une courte parenthèse et une remarque.  Tout d’abord, je reste encore étonné que le mandatdu Directeur général ait pu être renouvelé pour un autre terme de cinq ans, en 2011, en dépit de sa gestion désastreuse de l’Organisme et de la crise, ainsi que des critiquessérieuses à son égard.  Faut-il y voir le résultat, d’une part, d’une proximité trop étroite des personnes visées plus haut, formant avec peut-être d’autres membres de l’Exécutif un cercle quasi exclusif et autocratique, et, d’autre part, de ce qui semble avoir été un appui marqué de la CÉCC à l’égard de ce groupe de dirigeants?  En second lieu, qu’on comprenne bien, malgré tout, que je n’exprime ici aucune hostilité personnelle à l’égard des personnes mentionnées en tant que telles, mais que je fais plutôt le constatqu’elles se sont disqualifiées quant aux orientations fondamentales de Développement et Paix, dans des circonstances certes difficiles, et que le lien de confiance me paraît avoir été irrémédiablement rompu à leur égard pour toute relance authentique de Développement et Paix.
Les membres de Développement et Paix se désespèrent et le personnel suffoque au quotidien depuis trois longues années. «Développement et Paix agonise», titrait hier un article du journal Le Devoir. Que faudrait-il de plus pour que vous passiez à l’action?
Je voudrais quand même terminer sur une note d’espoir que je tire d’un texte de L’Apocalypse où l’auteur écrit, de la part du Vivant, «à l’ange de l’Église qui est à Philadelphie» : «J’ai ouvert devant toi une porte que nul ne peut fermer, et, bien que disposant de peu de puissance, tu as gardé ma Parole sans renier mon Nom» (Ap 3, 8). Oui, notre espérance est ferme, oui nous devons tenir bon à honorer et non «renier» le nom du Dieu de Jésus qu’une longue lignée de croyants et de croyantes a découvert comme étant Trinité, c’est-à-dire Père, Fils et Esprit, et donc «communauté» ou «solidarité», un témoignage qu’il nous faut rendre entre nous et auprès des plus vulnérables de ses frères et sœurs auxquels Il s’est identifié (Mt 25). Ne laissons pas  l’adversité ni personne refermer la «porte» qui nous a été «ouverte» à travers l’expérience de Développement et Paix ni non plus nous faire «prendre en vain» ce Nom de Dieu et celui de de ses «images» que sont les humains, et que nous avons appris à honorer de cette manière.
En toute amitié et solidarité,
Michel Beaudin
P.S. Je me réserve la liberté de diffuser ailleurs le contenu de cette lettre que je vous destinais d’abord comme  mandataires du Comité de théologie. Elle sera ainsi envoyée au blogue «Soutenons Développement et Paix» (www.soutenonsdetp.wordpress.comainsi qu’au blogue bilingue «Nous sommes le mouvement. We are the movement» (
Longueuil,  le 27 novembre 2012